Faut-il attendre 12 semaines pour annoncer sa grossesse ?

Classé dans : grossesse, Maternité | 11

Il y a des usages bien ancrés autour de la grossesse. Plus ou moins fondés, ils s’inscrivent en règles absolues… Je n’aime pas les obligations. Surtout quand elles ne sont pas dictées par ce que je juge être une nécessité. Je m’explique : On dit souvent qu’il ne faut pas faire trop de route le dernier mois. Je limitais mes déplacements à une grosse demi-heure lors de mon dernier mois de grossesse. Pour moi, c’était nécessaire, car cela m’évitait du stress et de l’inconfort au cas-où bébé arrivait ! A contrario, il y a bientôt 4 ans, j’avais parlé des fausses croyances relatives aux chats et aux femmes enceintes. Il faut faire attention, c’est certain. Mais il n’est pas nécessaire de virer votre chat ! Voilà un des usages que je trouve stupide ! Parmi eux, il y a aussi le fait qu’il ne FAILLE pas annoncer sa grossesse avant les 12 semaines !

Petite précision, je ne juge pas le fait d’attendre 12 semaines avant d’annoncer sa grossesse. Mais la fameuse phrase : « Il FAUT attendre les 3 mois avant d’annoncer sa grossesse ! », le caractère impératif de cette phrase.

 

butterfly farm penang blog famille

 

Pourquoi faudrait-il attendre 12 semaines pour annoncer sa grossesse ?

La grande majorité des fausses couches ont lieu pendant le premier trimestre de grossesse. Beaucoup l’ignorent, mais une grossesse sur cinq ne sera pas menée à bout. Ce chiffre est absolument énorme. Certaines fausses couches surviennent si tôt, que de nombreuses femmes ne s’en rendent pas compte. Ce qu’elle prennent pour un léger de retard de règle, n’en est pas un en réalité. Mais en définitive, c’est mieux de ne pas savoir… En tout cas, je préfèrerais ne pas savoir…

Je disais donc que la majorité des fausses couches surviennent avant la douzième semaine d’aménorrhée. C’est pourquoi, on conseille ( pour ne dire pas ordonne ) aux femmes d’attendre d’avoir effectué l’échographie à 12 SA avant d’annoncer la bonne nouvelle. Cela évite les questions qui pourraient faire de la peine au cas où les choses se dérouleraient mal. Je ne vais pas y aller par 4 chemins, je trouve ce raisonnement complètement nul ! Mais j’ai moi aussi mes arguments !

Être entourés après une fausse couche

Certaines mamans ont vécu l’horreur de découvrir que le cœur de leur bébé ne battait plus lors de l’échographie des 12 SA. D’autres ont été alertées plus tôt par des douleurs et pertes de sang. Mais est-ce que le fait de ne pas en avoir parlé rendra cette épreuve plus supportable ? Je suis intimement convaincue que non !

Il faut savoir que le fœtus avant les 12 semaines de grossesse ne peut pas être inhumé. Comme si il n’y avait pas de bébé, qu’il n’y avait pas eu de grossesse. Mais les choses ont l’importance que l’on veut bien leur donner. Et comment une femme, qui souhaite avoir un enfant, peut accepter que le bébé qu’elle attendait n’est plus rien ? Même si la grossesse n’est pas avancée, si elle est désirée, la perte du fœtus est un évènement difficile et traumatique. Alors on peut se réconforter mutuellement avec le papa. Mais avoir une aide extérieure est également bienvenue. Je ne dis pas que l’on doit avertir la terre entière dès que les 2 barres s’affichent sur le test. Mais pourquoi il ne faudrait pas le dire à ses parents, ses frères et sœurs ou ses amis proches ? Pour eux, cette perte ne sera pas un rien et il pourront aider le couple à aller de l’avant.

Mon expérience

Pour ma part, j’ai fait le choix de ne pas cacher ma grossesse à mes proches. Plus de cinq ans plus tard, je ne le regrette pas. Si les choses avaient mal tournées, j’aurais eu grand besoin de bienveillance. Et juste pour ça, j’étais heureuse qu’ils sachent.

Beaucoup savaient, mais je ne suis pas allée le crier sur tous les toits pour autant. J’ai attendu d’être enceinte de 20 semaines pour l’annoncer sur mon blog. Et j’étais enceinte de près de 8 mois la première fois que j’en ai parlé sur Facebook (je n’avais pas de Facebook blog à l’époque !). Le seul point négatif d’avoir annoncé ma grossesse si vite, c’est que mes proches ont trouvé ma grossesse interminable !!! Forcément, je les ai prévenus 2 mois plus tôt que ce qui est la norme !!!

En conclusion

Ce qui est bon pour moi, ne l’est pas forcément pour tout le monde. Et je comprends que certains refusent d’étaler leur peine par pudeur et préfère se taire tant que les risques sont élevés. Ou que d’autres préfèrent garder un peu pour eux, l’existence de ce petit être qui prend vie. Certaines personnes encore, n’ont pas besoin de parler ou d’être épaulés pour aller mieux. On est tous différents. Que l’on attende ou pas 12 semaines pour annoncer une grossesse, cela ne regarde que les futurs parents. Une grossesse c’est déjà bien assez de contraintes, pas la peine de se laisser en imposer d’autres. La seule chose que je vous dirais qu’il FAUT que vous fassiez, c’est de faire comme vous le sentez ! Vous vous connaissez mieux et vous seuls savez de quoi vous avez besoin.

Tout ça pour dire qu’il ne FAUT pas forcément attendre 12 semaines pour annoncer sa grossesse. Il FAUT attendre de vouloir l’annoncer !

* Et au cas où certains se demandent, non je ne suis malheureusement toujours pas enceinte !

11 Responses

  1. rho j’y ai cru moi…. 🙁
    En ce qui concerne cette « obligation/croyance », pour ma part je l’ai dit rapidement à mes parents et amis proches, car effectivement en cas de fausses couches j’aurais besoin de leur soutien. Par contre en cas de fausse couche j’imagine que ça doit etre compliqué et douloureux de se justifier auprès de collègues ou connaissances! Mais surtout chacun fait comme il le souhaite et c’est bien ça le principal!

  2. Je suis assez d’accord avec toi, lorsque j’ai su que j’étais enceinte (début décembre dernier), j’en ai parler à ma soeur et son mari qui suivaient nos essais bébé de très prés, et aussi à un ami très proche. Nous étions tellement fou de joie, de l’annoncer rendait la chose beaucoup plus concrêt. Et avec chéri on c’est dit « de toute façon, si jamais ça se passe mal on en parlera quand même à nos proches », on fera pas semblant comme si tout allait bien.
    Malheureusement pour nous, j’ai fais une fausse couche à 10 SA et j’ai trouvé énormément de réconfort et de soutien auprès de ma soeur et mon ami à qui nous l’avions annoncé. Nous en avons parler par la suite à nos parents. Il ne faut pas faire de ce sujet un sujet tabou même si il reste bien sur très personnel.
    Aujourd’hui, on reprend les essais, après quelques semaines à se remettre de cette perte, et je pense que l’on agira exactement de la même façon. Car cela aurait été vraiment pire pour nous de ne pas pouvoir en parler à quelqu’un, ou même d’annoncer ma grossesse et la perte en même temps (chose qu’on a du faire pour nos parents, c’est très dur de voir ce sourire et de le voir s’éteindre dans la seconde qui suit).
    Je te souhaite plein de bonnes choses pour tes projets bébé !!!

    • Merci beaucoup ! Je suis désolée d’apprendre que les choses ne soient pas bien déroulées. Ton témoignage m’a beaucoup touchée. J’espère que tu retomberas rapidement enceinte et que vous ne partagerez que des moments de joie avec vos proches.

      • Merci beaucoup , j’espère également et que malgrès tout ça, j’arriverais à vivre une grossesse sereinement (même si j’ai un gros doute la dessus) ^^

  3. Je fais partie de celles qui ont appris à la première écho que le coeur du bébé ne battait plus, et j’ai du subir un curetage 48h plus tard. J’avais annoncé à ma famille la grossesse et je ne le regrette pas parce qu’ils ont été d’un grand soutien, je n’aurais pas supporter qu’on nous demande sans arrêt quand nous allions nous y mettre pour le bébé (mariés depuis quelques mois, c’est le passage obligé)
    Je n’avais pas prévenu mes collègues de travail mais dès le retour de mon arrêt, je les ai informé de ma fausse couche, parce que je voulais qu’on me laisse tranquille et encore une fois, que l’on ne me demande pas « c’est pour quand le bébé » et là encore je ne regrette pas.
    Aujourd’hui, je suis enceinte de 12 semaines, mon écho est passée et tout s’est bien passé, ma famille sait depuis le début et ils nous ont épaulés pendant ces longues semaines de stresse à se demander si l’histoire allait se répéter.Je viens tout juste de prévenir mes collègues et ils sont heureux pour moi et bienveillant, sachant notre historique.
    Alors non, attendre les 12 SA, ce n’est pas obligatoire !
    Merci pour ton article !

    • Merci pour ton témoignage, je suis très touchée par votre histoire. Félicitations pour cette nouvelle grossesse, je suis heureuse que votre bébé soit en pleine forme, cela doit être une vraie délivrance après des semaines de stress. Je vous souhaite beaucoup de bonheur à tous les 3. A bientôt.

  4. c’est clair il faut le faire comme on le sent surtout, moi j’ai toujours beaucoup de mal à l’annoncer, je ne sais pas pourquoi ça m’a toujours gêné et je ne me sentais pas à l’aide de le dire … je suis bizarre haha ! Bisous

    • Non je comprends, la grossesse reste quelque chose d’intime. J’ai une amie qui n’a jamais annoncé à son père quand elle était enceinte et surtout ne lui a jamais dit de combien. Un jour je lui ai demandé pourquoi. Elle m’a répondu qu’elle ne se voyait pas parler de sexualité avec lui !!! Je n’avais vu les choses sous cet angle, ça ne me viendrait pas à l’idée, mais je comprends que cela ait pu la bloquer !

      Et puis, c’est pas toujours évident à annoncer, trouver les bons mots.

  5. Pour moi cela n’a rien à voir. Pas mariée, on vivait pas ensemble, on ne nous demandait jamais « et pour quand c’est le bébé ? ».

    Quand je suis tombée enceinte, j’en ai parlé à mes proches parce que je ne pouvais pas leur mentir, et puis étant quand même une bonne fetarde, passer du mojito au jus de banane j’ai berné personne. Mais je me suis accrochée à cette croyance des 3 mois. Comme je savais que le risque de fc était élevé, je crois que j’ai essayé de me protéger de ce risque en mettant vachement de distance. Et puis comme j’ai chopé la toxo en periconceptionnel, avec la aussi un risque d’atteinte et de perte important je crois que pour tenir j’ai eu besoin de me dire que ce que ce futur bébé (oui, ce futur bébé, c’est horrible je sais) faisait probablement son maximum pour passer à travers les tirs de mortier mais que cela ne m’appartenaît pas. Et ça m’a grave aidée à tenir.
    Par contre une fois les 3 mois passés, et voir que pour la toxo il n’y avait pas d’atteinte, hop ! Fusion immédiate, grossesse pechue tout cool quoi.
    Et sur ce côté de l’annonce « officielle » je ne l’ai pas dit à tout le monde, et puis ça c’est pas bien vu que j’étais enceinte, et puis comme il est arrivé à 7 mois, ben du coup y a pas mal de gens qui ont tout appris dans la foulee, et j’avoue que parfois, ça m’à bien fait rire !

    • Tu m’étonnes : Surprise !!!

      Pour le reste, je pense qu’il est normal de prendre ses distances quand on sait que les choses peuvent mal tourner. C’est plus facile à accepter.

      Je te vois bien boire du jus de banane, c’est bien ton genre ^^ Bises ma belle !

Laissez un commentaire