On a vu : La Belle et la bête ( et j’ai chialé !)

Classé dans : Cinéma, Culture | 2

La Belle et la bête, le dessin animé des studios Disney sorti en 1991 est mon dessin animé préféré. J’avais 8 ans, et je me souviens précisément du bonheur que m’a apporté ce dessin animé la première fois que je l’ai vu au cinéma. De toute mon enfance, c’est d’ailleurs le seul dessin animé que j’ai voulu revoir au cinéma ! J’avais tellement insisté, que ma mère avait fini par craquer, et pourtant chez moi, ça ne se faisait pas. Un an plus tard, j’ai eu la VHS à mon anniversaire, et je pense l’avoir regardée jusqu’à ce que la bande finisse usée. Et j’ai acquis le DVD bien avant la naissance de Lily J !!!

Je n’ai pas été spécialement convaincue par les adaptations des classiques Disney en film. J’ai trouvé les 2 volets d’Alice vraiment très moyens et oubliables. Et je suis très partagée quand à Maléfique et Cendrillon. Maléfique serait vraiment génial, s’il ne remettait pas en cause un principe de base de mon enfance : Maléfique, c’est la méchanceté personnifiée ! Quand à Cendrillon, je l’ai trouvé intéressant. Mais il est trop compliqué pour s’adresser à un public d’enfant et trop naïf pour les adultes. Et au niveau de l’esthétisme, en dehors de la scène du bal qui est magique, je l’ai trouvé très oppressant.

Bref, en dehors de Peter et Eliott le dragon, je n’avais pas été enchantée par les adaptations de Disney en films.

Mais la Belle et la bête restant la Belle et la bête, je n’ai pas pu résister à l’envie d’aller le voir. J’ai guetté l’avant-première dans ma ville, mais impossible d’obtenir une place… Et c’est donc excitée comme une gamine de 8 ans, que je suis allée à la toute première séance de la journée, le jour de sa sortie !!!

La Belle et la bête de Bill Gordon

Fin du XVIIIè siècle, dans un petit village français. Belle, jeune fille rêveuse et passionnée de littérature, vit avec son père, un vieil inventeur farfelu. S’étant perdu une nuit dans la fôret, ce dernier se réfugie au château de la Bête, qui le jette au cachot. Ne pouvant supporter de voir son père emprisonné, Belle accepte alors de prendre sa place, ignorant que sous le masque du monstre se cache un Prince Charmant tremblant d’amour pour elle, mais victime d’une terrible malédiction.

 

la belle et la bête

 

Bon, comme vous l’aurez sans doute compris en lisant le titre de ce billet, j’ai adoré ce film. C’est pourquoi, je vais d’abord parler de ce qui m’a déplu, comme ça, c’est fait !

Comme pour Cendrillon, je n’ai pas vraiment été séduite par l’esthétisme du film. Clairement, je n’aime pas les décors surchargés, les dorures à outrances et autres arabesques…  Ce trop d’informations a tendance à me faire sentir mal. De plus, la lumière est plutôt sombre et pour quelqu’un qui y voit mal comme moi, ça devient vite fatiguant. Cela ne correspond pas à mes goûts, néanmoins, cela colle parfaitement avec l’histoire et l’ambiance. Mais cela ne m’a pas empêché de trouver les plans en extérieur et de jour absolument magnifiques. Et j’ai adoré la scène de danse qui est juste magique ! Je ne sais pas si j’ai été très claire, mais j’ai trouvé le film un peu trop sombre et chargé visuellement.

Pour le reste, je pense avoir tout aimé !

Le film reste très fidèle au dessin animé de 1991, certains plans ou répliques sont même identiques. Mais ce n’est pas pour autant un copié / collé. En effet, on en apprend plus sur la malédiction. Par ailleurs, l’enfance de Belle est abordée, tout comme celle de la bête. La bête est d’ailleurs le personnage qui a le plus été enrichi. Alors que dans le dessin animé, la période au cours de laquelle les sentiments se créent est très (trop) rapide. Dans le film, on voit vraiment les sentiments naitre et se développer. Ils se rapprochent, se trouvent des points communs : Les livres, l’isolement… L’alchimie fonctionne vraiment très bien. La bête m’a vraiment beaucoup touchée, il est très attendrissant. En outre, le film renoue un peu avec le conte original, Maurice étant emprisonné pour avoir cueilli une rose dans le jardin du palais.

Les chansons sont également reprises, mais les paroles sont modifiées (plus ou moins en fonction des chansons). Cela m’a pas mal perturbée, puisque je connais les paroles du dessin animé par cœur (je rappelle que je l’ai vu pas moins de 536 fois gamine, j’exagère à peine !). Mais je ne saurai vous dire si c’est une bonne chose ou pas… Il y a aussi de nouvelles chanson, franchement pas mémorables… Mais qu’importe, j’ai été vraiment emballée par le côté comédie musicale ! Par contre, si vous n’aimez pas les Disney chantés, fuyez !

Le mélange de prises de vue réelles et d’animation est très réussi dans l’ensemble. Lumière, Big Ben, Mrs. Samovar, Zip et les autres, sont plus vrais que natures et vraiment très touchants.Globalement, c’est excellent, mais pas pour la totalité. Hélas, quelques scènes sur fond vert sont vraiment très cheap.

Les acteurs sont absolument formidables. Emma Watson est comme toujours magnifique et fabuleusement talentueuse ! Elle interprète une Belle en quête d’émancipation, cultivée et courageuse. Plus féministe que dans la version de 1991, mais sans la dénaturer pour autant.

J’ai trouvé Dan Stevens très convainquant. Comme je l’ai dit, il m’a beaucoup touchée. Il interprète une bête décidément très humaine. Peut-être un peu trop sur la fin. J’ai adoré Luke Ewans dans le rôle de Gaston : Arrogant, méchant, stupide, narcissique mais tellement drôle ! Il est vraiment génial ! Et celui qui m’a le plus bluffée est Josh Gad qui interprète LeFou. Dans le dessin animé, LeFou est un personnage crétin qui apporte une petite touche d’humour. Dans le film, c’est un personnage beaucoup plus en nuances. Il reste un atout humour, mais il est bien plus humain lui aussi.

Attention, sujet polémique ! Parlons du fameux personnage gay et de la encore plus fameuse scène gay ! En ce qui concerne le personnage, il est assez caricatural ! Du coup, cela laisse planer peu de doute sur son orientation sexuelle. Oui il est bien gay ! Mais seul le spectateur semble s’en rendre compte, ce qui nous offre des situations plutôt cocasses ! Et, en ce qui concerne la fameuse scène gay, cela a fait beaucoup de bruit pour pas grand chose en définitive ! Elle est très timide et surtout furtive ! il n’y a rien qui ne soit susceptible de « choquer » un enfant (je n’aime pas le mot choisi, mais c’est ce qu’on reproche au film). Pas la peine d’en faire tout un foin !

Au contraire, certains reprochent au film d’être trop frileux. Dans le cas où ce personnage aurait été hétérosexuel, cela aurait-il valu la peine qu’on s’y attarde plus ? A titre personnel, je ne pense pas. Si la Belle et la bête est un film qui prône indéniablement la tolérance, il ne milite pas de manière frontale.

Je n’ai pas trouvé le film plus effrayant que le dessin animé ou à peine plus. Ma fille n’est pas particulièrement peureuse, elle n’a eu aucun problème à regarder le film. Le film est plutôt long (2h09), mais avec Lily J, ce n’est pas un problème non plus.

Enfin, les costumes sont justes sublimes. Je n’avais pas été vraiment séduite par les quelques images que j’avais vues de la robe jaune. Mais, en définitive, elle est absolument magnifique, une vraie splendeur ! Les costumes de la bête sont également vraiment très beaux, tout comme ceux de Gaston.

En définitive, cette adaptation n’a rien perdu du côté féérique du dessin animé de 1991. En revanche, il a gagné en profondeur et en émotions. J’ai même versé ma petite larme à la fin. Ce film n’est pas triste, mais tellement émouvant. J’avais 8 ans à nouveau, et cette fois, je partageais ce moment d’émerveillement avec ma fille.

Et vous, l’avez-vous vu la Belle et la bête ? Envisagez-vous d’aller le voir ? Dites-moi tout !

 

2 Responses

  1. Hâte de découvrir ce film !

Laissez un commentaire