Non classé

Être mère d’un enfant métisse, c’est heurter des sensibilités

1 octobre 2013
Tiens si on faisait un bébé ? Un jour comme ça ou presque tu te dis qu’il est temps d’agrandir la famille, que ce serait chouette et puis quelques semaines plus tard (ou 35 mois dans notre cas…), Claire de ClearBlue t’annonce enfin une bonne nouvelle : Tu es enceinte !
Sur le coup, t’es contente, ensuite tu paniques (mais bon sang, j’avais pas besoin d’un bébé, qu’est-ce que je vais en faire ?!), puis te reprends et t’es à nouveau contente. Et après tu commences à en parler autour de toi et là tu paniques à nouveau : Aie aie aie, ça ne va pas être facile avec nos familles respectives…
L’homme est d’origine tunisienne, ses parents ont conservé un mode de vie très tunisien et sont musulmans. Mes parents sont français et athées, j’ai grandi dans une famille déjantée mais très à cheval sur les bonnes manières à la française, ma grand-mère veille au grain ! Nous n’avons donc pas du tout reçu la même éducation : Par exemple chez moi, on mange avec la fourchette dans sa main droite et on pousse les aliments avec son couteau dans sa main gauche, mais on coupe toujours de la main droite aussi ; chez l’homme, on mange indifféremment avec une fourchette, une cuillère ou même avec les doigts, de la main droite (ouf un point commun !!!), on pousse avec le pain et on coupe (rarement, il n’y a pas toujours de couteau à table) avec la main gauche ! C’est con mais c’est déjà source de questions. Malgré cela, l’homme et moi, nous nous comprenons plutôt bien, pas de choc culturel dans notre foyer, ni même de concessions, les choses se sont faites naturellement : Pour certaines choses nous vivons à la française, pour d’autres à la tunisienne, en fait nous vivons à la Yeude et l’homme et ça se passe très bien ainsi !
Alors oui on s’inquiète de nos familles et il y a de quoi. Cela commence avant même de connaître le sexe de l’enfant : La circoncision ! Dans ma famille, ils n’osaient pas franchement poser la question, mais me jetaient des perches, jusqu’à ce que je leur dise que oui si nous avons un fils, il sera circoncis. Ils n’ont pas compris, mais dès que j’ai su que j’attendais une fille, ce problème a été vite réglé.
Vient ensuite le moment du choix du prénom, mon père et ma sœur n’ont pas compris que nous nous limitions à des prénoms arabes, mon beau-père et mes belles-sœurs que nous nous limitions à des prénoms se prononçant de la même façon en français, ma mère nous faisait des propositions de prénoms arabes (Non maman, on n’appellera pas notre fille Abdelahi. Pourquoi ? Mais parce que c’est un prénom de garçon !), ma belle-mère a exigé que nous appelions notre fille Nûr.
Finalement quand nous leur avons annoncé la naissance de notre petite Jenna, c’est ma famille qui a été la plus satisfaite du choix du prénom (Jenna comme Jenna de Rosnay ? Euh… ). Jenna signifie « Paradis », ce n’est pas très employé comme prénom en Tunisie, ils n’ont pas compris (Nûr c’était mieux quand même !).
Et puis ensuite il a fallu penser à la fête, mais je n’avais pas la moindre envie de faire une fête avec mon nouveau-né comme il est coutume de le faire en Tunisie, d’autant plus que ces fêtes là se passent toujours le soir. On choisit donc de faire l’impasse, et ça n’a pas été vraiment bien reçu !
En grandissant, c’est l’alimentation qui est devenu le cœur des débats : Ma belle-mère trouvait surprenant que je ne veuille pas donner de couscous à ma fille de 6 mois (les miens ils n’en sont pas morts !), ma mère était désemparée à l’idée de ne pas pouvoir donner de jambon à ma fille (Mais donne lui le jambon de dinde que tu as acheté pour son père et moi !).
Bientôt Noël et la question du père Noël, nous n’avons pas encore tranché ce que nous dirons à notre fille à ce sujet, j’aime bien le personnage, ce gros monsieur qui distribue des cadeaux aux arbres de Noël des écoles et des CE (Bah oui, c’est bien le seul endroit où on en croise en vrai !) mais je n’aime pas le côté gros mensonge avec grosse désillusion à la découverte du gros bobard…
Je crois qu’on a pas fini de surprendre nos familles : Éducation, apprentissage, bonnes manières, nos familles n’ont pas les mêmes attentes. Je pense que parfois cela les blesse, ils prennent comme un refus, un jugement sur les valeurs qu’ils nous ont enseigné. On vit mal de leur faire de la peine, mais nous vivrions encore plus mal de ne pas vivre notre vie de parents comme nous l’entendons. 

Ce billet participe au Être mère de Badidji, Petit Diable et Foxy Mama.
(Visited 106 times, 1 visits today)

You Might Also Like

12 Comments

  • Reply Babidji 1 octobre 2013 at 22 h 37 min

    le seul truc sur lequel je peux te rassurer (même si je ne l'ai pas vécu puisque l'Homme a été orphelin assez jeune) c'est que je pense que même quand les deux familles sont de même culture il y a aussi ce genre de tension ! Comment ça dans ta belle famille les enfants ont le droit de se lever de table ? Comment ça ta belle-mère a donné des chips à Bibi ? c'est pas une nourriture ça ! … et j'en passe … Alors certes ce doit être un peu plus compliqué chez vous mais tellement enrichissant ! Quand j'étais à la fac j'ai eu un petit copain (pas longtemps je l'admets) dont la mère était allemande, le père marocain prof d'anglais. On était en fac de langue et lui en parlait déjà 4 (frçs, all, angl, arabe) … et à Noël il y avait une crèche et toujours le tapis de prière juste à côté pour son père ! j'ai trouvé ça fabuleux !

    • Reply Sophia 2 octobre 2013 at 7 h 37 min

      D'accord avec Babidji,c'est vrai que deux cultures complètement différentes, c'est forcément compliqué mais deux familles de même culture peuvent si différente, je le vois bien avec ma mère et BM, ce ne sont pas les mêmes mamies et parfois, ça fait des petits clashs! 🙂
      Super article Yeude!
      Bise

  • Reply bertille 2 octobre 2013 at 7 h 10 min

    Voilà qui ne doit pas être évident, en effet. Mais comme le dit Babidji, il y a toujours des concessions à faire et des compromis à trouver même quand on a deux familles de cultures assez proches.
    Après, j'avoue, quand ça touche aux religions, ça peut parfois être délicat.
    Mais au final, pour Jenna, je pense qu'elle aura une famille très enrichissante culturellement et qu'elle sera une petite fille sans doute très tolérante !

  • Reply PetitDiable 2 octobre 2013 at 8 h 13 min

    Mes deux enfants sont métisses, c'est du sport, parfois…

  • Reply LMO 2 octobre 2013 at 9 h 04 min

    Je trouve ton article à la fois intéressant et touchant!
    Le choc des cultures, votre difficultés à concilier tout le monde (est-ce seulement possible?).
    Au final, vous vivez un peu ce que vivent tous les couples, avec peut-être plus d'intensité!

  • Reply A la mère si 2 octobre 2013 at 10 h 11 min

    Super intéressant ton article ! Et comme l'a déjà dit Babidji, même dans les familles de "culture" similaire, c'est parfois compliqué à gérer ! Moi et ma belle-mère, on habite chacune à une extrémité de la Bretagne et on se comprend très rarement !

  • Reply Karya 2 octobre 2013 at 11 h 11 min

    J'ai beaucoup aimé ton article et je rejoins les commentaires précédents sur le fait que même avec des cultures communes les éducations sont différentes et il n'est pas toujours aisé de concilier les deux familles !

  • Reply Soma 2 octobre 2013 at 14 h 15 min

    Joli article.
    Le métissage n'est pas forcément simple, ms quel beau cadeau pour un enfant… nos enfants 😉

  • Reply Mihaela 3 octobre 2013 at 9 h 24 min

    C'est enrichissant, mais ça peut être compliqué aussi … Vous avez raison de faire comme vous le sentez !

  • Reply Anonyme 25 octobre 2013 at 14 h 30 min

    Je decouvre ton blog et ton article. Je me suis retrouvé dans certain de tes exemples car nous sommes aussi une famille franco-tunisienne. Blog très sympa, bravo

  • Reply Tasmeen 16 novembre 2014 at 11 h 33 min

    Très intéressant. Ma fille est aussi métisse et j'ai aussi ce type de remarques et incompréhensions de part et d'autres. C'est à la fois agaçant et enrichissant.

  • Reply Zawadi, les soins pour enfants métissés - Le blog de Yeude 2 août 2017 at 9 h 18 min

    […] Zawadi depuis Avril, et je suis vraiment ravie de la mousse de bain douceur. Bref, si toi aussi, ton enfant est métisse et qu’il a la peau toute sèche, je vous conseille vivement la gamme Zawadi […]

  • Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    %d blogueurs aiment cette page :

    En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

    Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

    Fermer