Non classé

Le contretemps

23 avril 2015
Le contretemps, celui qui te tombe sur le coin de la tronche, quand tu ne t’y attends pas. C’est important, suffisamment pour que tu doives chambouler ton emploi du temps, redéfinir toutes tes priorités. Rien de grave toutefois, mais si tu ne prends pas les 36 heures nécessaires, cela pourrait le devenir. Je ne sais pas vous, mais pour moi, le contretemps tombe toujours au moment où justement je n’ai pas le temps. J’ai longtemps cru à une sorte de machination, coup monté de l’univers ou autre loi de Murphy, mais en fait, c’est plutôt notre mode de vie de fous qui ne nous permet pas de se payer le luxe d’un contretemps.
Voilà pour moi, ce n’était pas le bon moment.
Tout en vaquant de mauvaise grâce à mes activités de dernière minute, j’ai réfléchis à ce que ce contretemps me pousser à repousser à plus tard : Il faut que je travaille sur le site internet de mon père, il faut que j’aille au supermarché bio acheter du tofu et du seitan, il faut que je fasse une lessive, il faut que je passe la serpillière, il faut que j’appelle le trésor public, il faut que je tri mes photos, il faut que je traite mes photos, il faut que je réponde à mes trop nombreux mails restés sans réponse, il faut que je lise les trop nombreux communiqués de presse qui pourrissent dans la même boite mail, il faut que je termine d’écrire ce billet, il faut que je publie ce look pour jeudi matin, il faut que je m’occupe des réseaux sociaux…
Il faut, il faut, il faut… La liste s’allonge, s’allonge, tellement que j’en ai le tournis, tellement que je ne sais pas comment je vais m’en sortir… Je stresse, j’angoisse même…
Euh… Wait, wait, wait… (Oui je me parle parfois en anglais, ne cherchez pas je suis cinglée…) Prends une grande inspiration Yeude et réfléchis une minute !
Si l’on retire les tâches qui incombent à toute femme au foyer, que reste t-il ? Un site internet que je me suis engagée à créer pour mon père, un service que je lui ai promis de lui rendre depuis des mois, et mon blog…
Mon blog, cet espace que j’ai créé pour passer du bon temps, j’ai fait mon possible pour l’alimenter et le soigner. Sauf que ces réflexions m’ont fait prendre conscience que ce blog que j’aime tant et peu à peu devenu un travail ! Si encore il me permettait de gagner ma vie, ce serait une priorité, mais il ne paie pas ce travail, même si je ne crache pas sur les quelques avantages qu’il m’a apportés…
Mais oui, on peut dire que c’est un travail : Je m’impose quatre publications par semaines, une présence sur la plupart des réseaux sociaux, des photos personnelles toujours, on dirait pas comme ça, mais ça demande du temps. Surtout que je n’ai pas une bonne plume, alors je me lis, me relis encore… Je n’ai pas de don particulier en écriture (purée je suis tombée sur mes cahiers de primaire, j’étais nulle en rédaction !!!), mais j’aime lire, je sais reconnaître un bon texte d’un mauvais, alors j’essaie de corriger les miens, avoir une meilleure ponctuation, éviter les répétitions, traquer les fautes, rendre le rendu plus digeste, plus clair. J’y passe du temps, pour un résultat tout juste acceptable à mon avis. La rédaction d’un billet me prend en général 2 heures (traitement des photos compris),mais certains m’ont pris parfois plus de 4 heures. Et puis, il y a tous ceux qui restent à l’état de brouillon, parce qu’ils sont mauvais, ou que je n’éprouve plus le besoin d’en parler sur la toile, ou parce que j’ai trop tarder à le terminer et que finalement, je suis passée à autre chose…
Au diable le SEO, Google et ses robots, tant pis si mon blog fait une chute d’audience de moitié comme la dernière fois où je l’ai un peu délaissé, la vraie vie m’appelle, je ne vais pas me rendre folle pour un passe temps sensé me procurer du bonheur. Alors après le contretemps, mes impératifs de femme au foyer (le tofu attendra la semaine prochaine), j’ai travaillé un peu pour mon père et j’ai surtout profité du beau temps, des arbres en fleurs, de mes amis et de ma famille. Tant pis s’il n’y a eu qu’un seul billet la semaine passée, tant pis s’il n’y aura pas plus la semaine prochaine, et je promets de revenir quand il ne faudra plus, mais quand j’en aurais envie.

(Visited 15 times, 1 visits today)

You Might Also Like

6 Comments

  • Reply debobrico 23 avril 2015 at 8 h 43 min

    C'est rigolo ce billet (enfin rigolo c'est peut etre pas le bon mot) mais j'ai eu un peu la même réflexion il y a quelque temps sans contretemps pourtant… Juste je me suis aperçue que quasiment la moitié de ce que je m'imposais de faire avait un lien e près ou de loin avec le blog! Et comme tu le dis ça ne se voit pas mais ça prend un temps fou!

    • Reply admin 25 avril 2015 at 22 h 02 min

      Je me sens bien mieux depuis que j'ai réalisé ça ! Je te jure, ça craint, être au chômage et à la limite du Burn Out !!! Quand j'ai commencé à bloguer je n'aurais jamais cru que cela serait si chronophage !!!

  • Reply apodioxe 23 avril 2015 at 16 h 05 min

    Je suis plutôt d'accord avec toi car je me sens souvent submergée, du coup le blog est délaissé, même si j'essaie de l'alimenter de temps en temps… C'est vrai que ça demande du temps, moi aussi je mets des heures pour bloguer et pourtant, je n'écris pas beaucoup ! Il arrive aussi que les priorités ou les envies changent…

    • Reply admin 25 avril 2015 at 22 h 04 min

      J'aime bloguer, vraiment j'adore ça ! Mais je n'aime pas les réseaux sociaux, ce n'est pas du tout mon truc… ça soule parce que c'est le truc limite obligatoire…

  • Reply Aggie 27 avril 2015 at 8 h 36 min

    C'est vrai qu'on n'imagine pas à quel point un blog peut être chronophage. J'ai délaissé le mien l'an dernier, en quelques mois j'ai perdu plein de lecteurs, les stats remontent avec difficulté, les contacts avec les partenaires se sont faits beaucoup plus rares. Mais je ne me sens pas le courage, ni l'envie, d'y passer beaucoup de temps, de m'imposer des contraintes. Je garde ça comme un plaisir 🙂

  • Reply Emilie Del 27 avril 2015 at 20 h 12 min

    Je suis d'accord avec toi mon blog me prend beaucoup de temps, parfois trop… C'est une passion mais parfois j'ai besoin de faire une pause.

  • Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    %d blogueurs aiment cette page :

    En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

    Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

    Fermer