Non classé

La campagne tunisienne

31 juillet 2015
A moins que vous n’empruntiez la route qui relie Kairouan à El Jem, il n’y a aucune chance que vous vous passiez dans le hameau où mes beaux-parents ont grandis. Souassi est une petite ville Tunisienne de 4 500 habitants, en plein cœur de la région Sahel, dont la principale source de revenus est l’agriculture. Ne cherchez pas les animations touristiques ou les centres d’intérêts de la ville, à ma connaissance, il n’y en a pas. Il n’y a que le souk, quelques boutiques, cafés et infrastructures telles que l’hôpital, les lycées etc. Le cœur de la vie au sein d’une région aride et très rurale.

Mais ce n’est pas dans la ville même de Souassi qu’ont grandi mes beaux-parents, mais dans un petit hameau (ou village, je ne sais pas trop…) perdu au milieu de nul part. Je ne connais même pas son nom, je sais seulement qu’en sortant de la ville en direction de Kairouan, on doit tourner au niveau de l’école et qu’un kilomètre plus loin, nous y sommes ! Et pourtant, c’est dans ce hameau au milieu de rien, à 10km du centre ville, que je me sens le mieux en Tunisie.

Des champs d’oliviers à perte de vue, les moutons et les chèvres qui pâturent tranquillement, les haies de figuiers de barbarie qui séparent les passerelles de terre, quelques maisons posées ça et là, seuls les châteaux d’eau et le minaret de la mosquée dépassent du paysage. Ici, quand on passe avec une voiture de location, on vous salue et vous fait signe de vous arrêter, parce que si vous êtes là, c’est que vous êtes forcément de la famille. Il n’est pas rare de croiser des personnes se déplaçant avec une mule ou un âne, la région est rurale et un peu désolée économiquement parlant il faut le reconnaître…

Je ne sais si c’est parce que je suis originaire de son homologue drômois, les oliviers simplement remplacés par les vignes, mais dès que je suis arrivée dans ce hameau, je m’y suis sentie bien. Ici, les routes ne sont plus bordées de déchets (bon il y en a un peu, mais rien de comparables aux régions plus peuplées de Tunisie), le temps s’écoule lentement, c’est calme, la nuit est d’une quiétude qu’aucun son ne vient perturber, les voisins habitent à plusieurs centaines de mètres, je me sens bien et libre….
Libre de marcher pieds nus de partout, même dehors, libre de monter sur un toit pour faire des photos, libre d’aller cueillir des pistaches pour les grignoter, libre de laisser Lily j courir derrière les moutons… Je voulais partager avec vous quelques photos de cet endroit, semblable à tant d’autres régions rurales de la Tunisie, j’espère que la balade vous aura plu.

 
Retrouvons-nous sur :

(Visited 53 times, 1 visits today)

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply Voyages et Cie Sabrina 31 juillet 2015 at 11 h 51 min

    Ça me fait la même chose quand on arrive dans le village où est originaire ma belle famille. On est au calme, tout le monde est chaleureux, on fait coucou aux chèvres et à l'âne du grand-père et on observe les étoiles. C'est le bonheur des vacances dans des endroits excentrés.

  • Reply Emilie Del 2 août 2015 at 19 h 15 min

    Tes photos sont dépaysantes et très jolies !

  • Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    %d blogueurs aiment cette page :

    En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

    Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

    Fermer