Non classé

L’inconsciente

18 septembre 2015

Je n’aime pas ça, mais je vais faire ma connasse et critiquer une maman que je ne connais ni d’Adam, ni d’Eve. Pour ceux qui ne l’ont pas compris, cette maman est mon dernier exemple en date, elle me servira juste d’illustration, mais des mamans comme celles-ci, j’en vois à la pelle. Au fond, ce qu’elles font, je m’en fiche pas mal, ce qui m’agace c’est que je me suis déjà pris des remarques parce que je ne fonctionne pas comme elles…

Nous allons plus ou moins régulièrement au Mc Donald’s depuis que Lily J a 18 mois (oui c’est le mal, je sais…), je dirais une fois toutes les 3 semaines à peu près, parfois plus, parfois moins, ça dépend du contenu de mes placards, de mon humeur, du temps qu’il fait, de l’alignement des astres…. Comme tous les gosses, ce qui plait à ma fille ce n’est pas ce qu’on y mange, mais plutôt les jeux. Au début, elle se contentait de courir en bas et de regarder les autres jouer, puis nous y sommes allés toutes les deux, puis elle y allait seule si elle trouvait un gosse qui l’aidait à monter et depuis 6 mois à peu près, elle se débrouille toute seule.
Ce jour, donc, j’étais au RonaldLand quand une maman est arrivée avec son homme et sa fille qui a sensiblement le même âge que Lily J, elle déchausse sa fille, puis s’approche des jeux et refuse tout net que sa fille joue dessus parce qu’ils ne sont pas rembourrés sur les plateformes qui permettent de monter (il y a quand même le tapis au sol en bas) ! Bon, je l’ai dit, après tout chacun fait ce qu’il veut. Mais, quand elle a balancé à son homme que laisser son enfant jouer dans ces jeux relève de l’inconscience, j’avoue que ça m’a quelque peu dérangée…
Je ne connais pas le passif de cette maman, qui a sans doute de très bonnes raisons de ne pas laisser jouer sa fille dans des jeux qui ne soient pas complétement rembourrés, je ne permets pas de la juger, mais je suis en profond désaccord avec sa remarque. Laisser son enfant jouer dans des jeux non rembourrés ne relève pas de l’inconscience, il suffit d’être attentif et de connaître les capacités de son enfant.
Quand j’ai inscrit Lily a la gym alors qu’elle avait 13 mois, elle marchait depuis juste 2 semaines, inutile de vous dire que j’étais sur le qui-vive et inquiète au moindre pas. Comme tous les enfants, elle est monté à l’envers sur le toboggan, je l’ai reprise et à ma grande surprise, la professeur m’a corrigée : « Laissez la faire, tant qu’elle ne dérange aucun enfant elle peut utiliser le toboggan comme elle le souhaite. Vous, vous l’assurez, au cas où, mais il faut qu’elle teste, qu’elle apprenne ce qu’elle est capable de faire et ne pas faire ». J’ai appliqué son conseil dans son cours, et très vite dans la vie de tous les jours.

C’est comme ça que je suis devenue la dingue du parc qui laisse sa gamine de 14 mois faire du petit toboggan seule. Je ne pense pas être inconsciente ou laxiste. Mais, si elle ne dérange
personne, je laisse ma fille escalader, explorer, tester ses limites, sans jamais la quitter des yeux et en l’assurant quand je juge que
cela peut être dangereux. Ma fille est une casse-cou, une vraie, mais pas une kamikaze Dieu merci ! Elle chute rarement, les petits bobos aux genoux se comptent sur les doigts de la main depuis sa naissance, elle a appris à faire marche arrière quand elle ne se sent pas, et à se lancer quand elle est sûre d’elle. 

Et c’est comme ça qu’à 3 ans, elle est capable de monter tout en haut du mur d’escalade de 2m et de le redescendre sans que je la tienne, ni ne la guide, je suis juste en dessous au cas-où elle lâche (ce qui est déjà arrivé soyons honnête, mais elle m’a toujours prévenue, j’étais toujours là pour la rattraper et cela arrive de plus en plus rarement). Beaucoup pensent que je suis inconsciente, je pense au contraire que je suis consciente qu’elle peut y arriver, qu’elle a les capacités pour, même si elle n’y arrive pas à tous les coups

Nos enfants ne sont pas en sucre, ils n’ont pas besoin d’être dans une bulle, que tout soit rembourré et couvert de mousse. Bien sûr, il faut que ça le soit quand il y a de la hauteur ou des angles, mais il ne faut pas aller dans l’excès inverse. Les enfants ont besoin d’explorer, de tester, d’apprendre que si on a n’a pas d’équilibre, on tombe et que cela peut être douloureux. Je pense qu’il faut apprendre à leur faire confiance, pour qu’ils aient confiance en eux et prennent conscience de leurs capacités et leurs limites. 

Et vous, vous êtes plutôt mère poule ou mère cool ?!

Retrouvons-nous sur :

(Visited 13 times, 1 visits today)

You Might Also Like

20 Comments

  • Reply Estelle Calim 18 septembre 2015 at 7 h 08 min

    Je suis plutôt d'accord avec toi, mais ma fille tombe beaucoup et a des bleus sur le visage, les genoux, les bras en permanence. On ne peut pourtant pas être derrière elle tout le temps, mais c'est dur à supporter quand même 😉
    Quant aux réflexions, je me suis aperçue que depuis que je suis maman, j'ai tendance à lâcher des phrases comme celle que tu as entendu sans m'en rendre compte. Je sais que j'ai blessé ma belle-soeur plusieurs fois et j'essaie de faire attention, mais les jugements péremptoires, je crois que c'est le propre des mamans malheureusement.

    • Reply admin 18 septembre 2015 at 7 h 31 min

      C'est vrai que j'ai cette chance que Lily J ne soit jamais beaucoup tombée, si elle tombait souvent, peut-être aurais-je un discours bien plus nuancé, moi non plus je n'aime pas quand elle a des bobos. Mais je suis néanmoins convaincue qu'en laissant son enfant faire (tout en l'assurant bien sûr), on lui permet de connaître ses capacités. Un enfant qu'on ne laisse jamais rien faire, ne pourra pas se dégourdir et avoir confiance en lui par la suite puisque sa propre mère ne lui fait pas confiance. Le tout est de trouver le bon dosage 🙂

  • Reply lulu 18 septembre 2015 at 7 h 17 min

    J'ai aussi cette sensation d'être parfois une mère qui se fiche de la sécurité de son enfant. J'ai très vite appris a le laisser faire seul, en le sécurisant bien entendu, mais seul. Vers 10-11mois, il montait les escalier alors qu'il ne fesait pas de 4 pattes.
    Il tombe? il se relève quasi immédiatement, il ne pleure pas, toujours attentive mais en retrait. J'ai confiance, il le sait, il n'est pas imprudent, il sait qu'on est là si jamais il n'y arrive pas, on peut l'aider.
    Je suis sure qu'il est aussi a l'aise dans son corps grâce a cette liberté-surveillé qu'on lui a laissé.
    Je ne comprends pas toujours ces parents qui sont toujours sur leur enfant et eux ne me comprennent certainement pas non plus!
    Et même si parfois ca me ronge de le laissé faire seul, c'est mieux pour lui!

    Courage on a beaucoup de chemin a faire pour faire comprendre nos idées! Le principal c'est qu'on fasse ce qu'on juge le mieux pour nos enfants et pour nous!

    • Reply admin 18 septembre 2015 at 7 h 32 min

      Merci et courage à toi aussi 🙂

  • Reply debobrico.com 18 septembre 2015 at 7 h 32 min

    Les mamans sont tellement différentes sur ce genre de sujet. J'avoue pour moi aucune chute n'est grave si elle ne nécessite pas d'aller aux urgences… donc en gros c'est jamais grave!! Une copine à moi qui n'a pas d'enfant a analysé ça récemment en me disant "Vous, vous êtes décomplexés du drame!" ….

    • Reply admin 18 septembre 2015 at 7 h 37 min

      Ah mdr, pas mal l'analyse ! Je dois être comme ça également !

  • Reply Mezémamalo 18 septembre 2015 at 7 h 52 min

    Entièrement d'accord avec toi, je les laisse aussi vivre leurs expériences tout en étant jamais très loin 😉 🙂

    • Reply admin 18 septembre 2015 at 20 h 27 min

      Ah c'est sûr que par contre, on ne peut pas bien s'éloigner, la mienne est trop bougeon, impossible de baisser les yeux plus d'1 sec, elle se fait la malle !!!

  • Reply sandy 18 septembre 2015 at 8 h 32 min

    Bon, aujourd'hui mes enfants sont grands (14 et 17 ans 1/2) mais quand ils étaient petits j'avoue que je les couvais un peu…et j'avais envie de les surprotéger pour qu'il ne leur arrive rien. Mais paradoxalement, je me forçais à les laisser vivre leurs expériences et à escalader à droite et à gauche…. Je tremblais (et je tremble toujours) qu'il leur arrive quelque chose de grave… Au final, quelques aller-retour aux urgences, quelques points de suture mais, rien de dramatique, et des enfants qui sont devenus très dégourdis… Bon, ok, j'ai frôlé l'ulcère à l'estomac 1 million de fois, mais c'est mon tempérament de "stressée et de bileuse". J'essaie juste de ne pas trop le montrer aux enfants, et en tout cas, je ne juge pas les autres mamans. Chacun fait comme il le sent et comme il sent ses enfants ! Tu as tout à fait raison ! alors, ne change rien !!!!! Bisous

    • Reply admin 18 septembre 2015 at 20 h 36 min

      Ah je veux bien te croire pour l'ulcaire, comme je l'ai dit pour le moment je n'ai pas trop eu de raison de m'inquiéter… Mais Lily J a eu besoin d'aller aux urgences deux fois : Une fois pour pleurs inexpliqués à l'âge de 5 mois (jours et nuits non-stop pendant 2 jours alors qu'elle n'avait jamais pleuré plus de 15min), on lui a fait une batterie d'examens pour découvrir qu'elle avait juste une plaie à la langue qui l’empêchait de téter correctement et qu'elle avait seulement faim (elle était au sein, et je n'avais déjà plus les fameuses montées de lait du début, je n'avais pas réalisé qu'elle ne prenait pas assez), et une autre fois parce qu'elle a avalé un bouchon de sérum phy vers 15 mois, l'angoisse encore, une horreur…

  • Reply mamweena 18 septembre 2015 at 10 h 24 min

    Merci pour ce genre d'article ^^
    Je me sens moins seul, à 10 mois FeuFolet travaille sont équilibre et cherche la marche … donc il chute. Il se cogne aussi parfois un peu la tête en essayant de passer sous la table basse …
    Je suis aussi du genre à penser que tant qu'il n'y a pas de blessure nécessitant un passage au urgence, une petite chute, ce n'est pas grave, c'est le métier qui rentre …
    Comment peuvent-ils apprendre à ne pas se cogner, si on ne les laisse jamais l'expérimenter?

    • Reply admin 18 septembre 2015 at 20 h 40 min

      Aie les tables basses, c'était ma hantise par contre, la notre était en verre et on a fini par la revendre, j'avais trop peur qu'elle passe à travers. Mais après je te rejoins, une petite chute c'est le métier qui rentre !

  • Reply PetitDiable 18 septembre 2015 at 12 h 06 min

    Je suis bien entendu d'accord avec toi, et je ne vois ni cool ni poule là dedans. Juste des personnes qui sont conscients des besoins de l'enfants et savent leur faire confiance, et d'autres qui font comme on leur a dit de faire, comme leurs parents ont fait avec eux. Qui est l'inconscient, du coup?

    • Reply admin 18 septembre 2015 at 20 h 45 min

      Ben tu vois, chez moi c'est l'inverse, mes parents nous laissaient beaucoup faire, à la campagne, on te laisse devenir débrouillard : J'ai su faire du vélo et nager assez jeune, j'allais à l'école seule…

  • Reply Julie Podecolle 18 septembre 2015 at 19 h 08 min

    Ca s'appelle la motricité libre surtout 🙂 Laisser son enfant tester ses limites, être là au cas où, mais au final se rendre compte qu'ils connaissent parfaitement ce qu'ils sont capables de faire, quand on les a laissé depuis le début faire, justement. Rien d'inconscient là dedans, au contraire même je dirai, ça lui permettra de savoir appréhender son corps et d'avoir confiance en elle !

    • Reply admin 18 septembre 2015 at 21 h 26 min

      C'est vrai que cela se rapproche de la motricité libre mais je ne la pratique pas au sens strict du terme, c'est pour cela que j'ai choisi de ne pas employer ce terme dans ce billet. Par exemple, j'avais l'habitude de porter ma fille à la verticale quand elle était tout bébé, et elle adorait qu'on la mette debout avant même qu'elle sache faire (c'est simple, elle cessait de pleurer à la minute où on la levait). De même, aujourd'hui, on utilise des roulettes pour son vélo, on a essayé la draisienne, elle n'y est pas arrivée et s'est braquée, du coup, on n'a pas insisté, elle a un vélo avec des roulettes. On lui propose la draisienne de temps en temps, elle essaie, mais repasse vite au vélo, c'est plus facile ^^

  • Reply Elodie Bhuller 18 septembre 2015 at 20 h 15 min

    La motricité libre devrait t'intéresser 🙂
    Si tu connais pas le "concept théorique" (mais tu as l'air de bien mettre en pratique à l'instinct) lis cet article, c'est clair et concis et bien illustré. http://bougribouillons.fr/motricite-libre/
    On a toujours laissé faire notre fils ce qu'il voulait. A 6 mois, il rampait, 7 mois franchissait TOUS les obstacles, 7,5 se mettait debout, 8 mois, il montait et descendait les escaliers en se laissant glisser sur le ventre, 9,5 4 pattes… et là, il s'est laissé le temps avant de marcher… 14,5 mois ! Alors que tout le monde nous disait qu'il marcherait avant son anniversaire… Mais voilà, il devait être content de son 4 pattes, de découvrir son monde tranquillement. Toujours est-il qu'il a franchi toutes les étapes en son temps à sa manière… et qu'à 16 mois, il montait les échelles et j'en passe. Il ne pleure pas quand il tombe, il se relève et recommence. Les tabes basses, les chaises, tout y passe, par en dessous par au-dessus, il se tortille, ca le fait tripper. Et nous aussi. Quasiment jamais de bleu, jamais de bosse depuis sa naissance.
    Continue d'encourager ta fille à faire confiance en ses capacités, son corps, à grimper partout (il parait que ca développe aussi l'esprit matheux, rapport à la géométrie, 3D etc, alors bon, un argument de plus pour pas freiner ca ! :-)).
    Vive les mamans dingues au parc !

    • Reply admin 18 septembre 2015 at 21 h 54 min

      Je m'étais effectivement penchée sur la motricité libre il y a quelques temps, mais comme tu l'as remarqué je fonctionne plutôt à l'instinct et essaie de faire ce qui me semble le mieux pour ma fille. Par exemple, quand elle avait entre 6 et 9 mois, ma fille était beaucoup au sol, sur un tapis, pieds nus, à côté du canapé pour rouler, bouler, ramper, faire du 4 pattes, caboter etc. Mais il m'arrivait de la poser dans une sorte de youpala sans les roues pour qu'elle soit debout car elle adorait être debout ! Typiquement, c'est le truc le moins motricité libre que je connaisse et pourtant, quand elle pleurait au sol et se calmait sur le champ quand je la mettais dedans, j'étais bien heureuse de l'avoir ! Donc c'est vrai que dans les faits, j'ai beaucoup appliqué la motricité libre, mais pas toujours 🙂 Et tu vois, j'avais retiré ma table basse (elle était en verre à l'époque).

      Lily J aussi a fait durer le plaisir pour la marche, elle marchait à 4 pattes à 8 mois, mais a attendu plus d'un mois avant de dépasser le tapis du salon, c'était sa frontière mdr !!! A 10 mois, elle se mettait debout en se tenant et arrivait à se lâcher et tenir, à 11 mois, elle se mettait debout sans appuie et n'a finalement marché qu'à 12 mois et demi ! Bon c'est assez tôt, mais ce qui est drôle c'est que comme elle se mettait tout le temps debout seule et restait plantée sur ses deux pieds, tout le monde pensait qu'elle marchait et tout le monde hallucinait quand je leur disais "ben non, toujours pas !"

      Pour l'esprit matheux, je ne savais pas, c'est effectivement un argument de plus !!!

  • Reply Karya 19 septembre 2015 at 8 h 24 min

    Ce billet, j'aurais pu l'écrire ! Nous sommes ces parents inconscients qui laissent leurs enfants grimper où ils veulent. Pire, on ne reste même pas à côté ! On les surveille de loin, toujours à portée de nos yeux (et de notre voix si possible). Des réflexions, nous en avons à la pelle. Kan n'y prête absolument pas attention. De manière générale, il est hermétique à toutes réflexions extérieures. Je l'envie. Pour ma part, je fais plus ou moins abstraction des petites phrases et des regards assassins mais j'atteins ma limite de patience quand un grand-père / un nounou / peu importe se place derrière mon fils pour l'assurer ! Choupinou qui a donc trois ans en parait deux physiquement : tout petit et tout menu. Alors, dès qu'il suit sa sœur, qui grimpe partout aussi, on a tout le parc sur le dos : "Mais, tu es trop petit pour monter." "Oh, mais il va tomber." Non, il ne va pas tomber. Devine quoi : il maitrise depuis ses dix-huit mois, on sait ce qu'il sait faire, il est beaucoup plus prudent et conscient du danger que sa sœur de bientôt sept ans. Devine quoi : on connait nos enfants, leurs capacités et c'est ainsi que nous fonctionnons. Je ne fais pas de réflexions parce que ton enfant, qui a au moins quatre ans, n'arrive même pas à monter l'échelle sans que tu sois derrière. Bon, j'avoue, cela me fait sourire intérieurement.

  • Reply Babils Et Chuchotis 19 septembre 2015 at 9 h 59 min

    Je suis comme toi et je trouve ça super important ! Si on ne fait pas confiance à nos enfants, qui le fera à notre place?

  • Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    %d blogueurs aiment cette page :

    En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

    Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

    Fermer