Culture Lecture

La malédiction du Roi – Philippa Gregory

28 novembre 2016
la malediction du roi roman historique blog

Je n’avais pas forcément prévu de lire encore un roman historique. Mais voilà, « La Malédiction du Roi » était disponible à la bibliothèque. Alors je n’ai pas pu résister à l’envie de me replonger dans cette partie de l’histoire anglaise aussi terrible que fascinante !!!

la malediction du roi roman historique blog

La malédiction du Roi – Philippa Gregory

Angleterre, 1499. Margaret Pole, fille de Georges, duc de Clarence, et d’Isabelle Neville, devient après l’assassinat de son frère Edouard Plantagenêt, sur ordre du roi Henri VII, la seule survivante de la dynastie des Plantagenêt. Marié à Sir Pole, cousin du roi, elle sera veuve en 1505, avec cinq enfants. Destituée de ses terres et de ses titres, elle tombe dans la pauvreté. Sa vie change avec l’arrivée de la princesse espagnole Catherine d’Aragon et son mariage avec Henri VIII. Margaret est alors restaurée : elle obtient de titre de comtesse de Salisbury, devient première dame de compagnie de la reine et gouvernante de la princesse Marie.

Mais il s’avère que le roi n’a pas de fils et donc pas d’héritier. On parlera alors de la « malédiction du roi », qui aurait été jetée par Elisabeth Woodville et sa fille La Princesse Blanche contre les Tudors. Malédiction ou pas, cette question provoquera la rupture d’Henri VIII avec l’Église de Rome, celui-ci souhaitant divorcer de Catherine et épouser Anne Boleyn.

Notre héroïne Margaret devra choisir entre son allégeance au roi et sa loyauté envers la reine et la princesse. Du fait de ses liens avec la famille royale, elle se retrouvera avec ses fils au centre des intrigues, au point que sa liberté et sa vie seront menacées…

Ici, l’histoire reprend au lendemain de l’exécution d’Edward Plantagenet, soit à peu près à la fin de la Princesse Blanche. Cette fois, nous suivons l’histoire du point de vue de Margaret Plantagenet. Pour resituer un peu le personnage, c’est la cousine d’Elizabeth d’York, la princesse blanche reine consort d’Henry VII.

Dans la série les Tudors, Margaret Plantagenet (Pole) apparait brièvement. Trop brièvement. C’est une partie de l’histoire qui est trop survolée dans la série ! On en sait finalement assez peu sur cette famille de cousins du Roi qui souhaitent ravir le trône. Et en quoi serez t’ils plus légitimes qu’Henry VIII pour gouverner l’Angleterre ? Je parle uniquement en terme de généalogie, parce qu’il est certain que sa santé mentale pouvait poser la question. Mais Henry VIII est l’héritier des Lancasters par son père et celui des Yorks par sa mère (fille d’Edward IV), sa légitimité ne devrait pas faire débat…

Certains faits historiques demeurent toujours mystérieux à ce jour. Concrètement, la culpabilité de la famille Pole fait toujours débat. La raison de leur prétendue déloyauté est encore plus floue. Finalement, le livre donne une toute autre version que la série. Bien plus développée, mais tout aussi romancée. De nombreux passages sont donc issus de l’imagination de l’auteur, à ne donc pas prendre au pied de la lettre ! Mais le rendu est vraiment très crédible, plus crédible que la série ! Les hypothèses développées par l’auteur s’intègrent et complètent parfaitement les faits réels. De ce fait, l’intrigue est vraiment prenante !

la malédiction du roi philippa gregory blog

L’histoire s’étend sur près de 42 ans, ce qui est très long. D’un côté, cela laisse quelques périodes d’ombre ou survolées. D’un autre, cela permet de voir l’évolution du Roi Henry VIII. Comment est-il passé d’un jeu Prince adoré et porteur d’espoir, à un Roi haï et monstrueux qui tyrannise son peuple ? A la fin du roman, les notes de l’auteur à ce sujet sont d’ailleurs particulièrement intéressantes. Si vous ne connaissez rien de l’histoire d’Henry VIII, je vous conseille de lire avant La reine Clandestine et la Princesse Blanche, mais aussi Deux sœurs pour un Roi et l’héritage Boleyn avant de vous lancer dans la malédiction du Roi. Ce sera plus clair.

Margaret est vraiment un personnage très intéressant. La jeune femme rongée par la peur et détruite par l’exécution de son frère, gagnera en assurance au fil des épreuves qui la toucheront.

La traductrice est la même que pour la Princesse Blanche, et j’ai tout autant aimé son travail sur ce livre-ci. Le style est fluide, clair, ce livre se lit très facilement.

J’ai vraiment beaucoup aimé ce roman. Il est si réaliste que j’ai parfois oublié qu’il s’agissait d’une fiction. C’est à ce jour mon préféré des romans de Philippa Gregory que j’ai lus. Si vous aimez les romans historiques, foncez lire les romans de Philippa Gregory, ils sont géniaux !

 

(Visited 21 times, 1 visits today)

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply L'héritage Boleyn - Philippa Gregory - Le blog de Yeude 7 décembre 2016 at 8 h 57 min

    […] moins son travail par rapport à celle qui a travaillé sur la Princesse Blanche et la Malédiction du Roi. Même si, le style est sans nul doute plus juste, ce n’est pas ce que nous avons […]

  • Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    %d blogueurs aiment cette page :

    En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

    Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

    Fermer