Enfance Maternité

J’hésite à en parler depuis 1 mois

30 avril 2018

J’hésite à en parler depuis 1 mois. Je ne voulais pas en parler sur l’émotion, à chaud. Je voulais avoir digéré les faits avant, parce que le sujet est douloureux. La fin est heureuse, mais nous laisse un goût âcre en travers de la gorge. On a perdu une part d’innocence, et surtout le peu de foi qu’il nous restait en l’humanité. Et puis, nous sommes traumatisés. Je vous en ai brièvement parlé sur Instagram, Lily J avait échappé à la vigilance des personnes qui en avaient la responsabilité, avant d’être retrouvée une demi-heure plus tard à 1km de là où elle était censée être.

Rappel de la plus longue demi-heure de notre vie :

18h00 : Je dépose Lily J au sport et rentre à la maison.

18h42 : Alors que nous sommes en pleine conversation, l’homme réalise qu’il est en retard pour aller chercher Lily J au sport.

18h45 : Fin du cours de Lily J.

18h48 : L’homme arrive au gymnase, constate l’absence de notre fille, alerte sa professeur et commence à la chercher

18h51 : Je reçois l’appel qui va faire basculer ma vie :

– « Yeude, où est Lily J ? »

– « Ben au sport ! »

– « Non, elle n’y est pas ! »

– « Tu as vu sa prof ? »

– « Oui, elle ne sait pas où elle est ! Viens immédiatement ! »

18h58 : J’arrive au gymnase, l’homme est à l’extérieur, il hurle et cogne à la porte pour qu’on lui ouvre. Non il n’a pas retrouvé Lily J. Non personne ne l’aide à chercher notre fille en dehors de la professeur qui rappelle les parents pour savoir qui l’a vue en dernier. Non personne n’a encore appelé la police

19h01 : J’appelle la police et signale la disparition.

19h06 : Après avoir retourné le gymnase et l’extérieur, l’homme décide de la cherche en voiture. Je suis toujours en ligne avec la police.

19h08 : Une maman jointe par la prof m’annonce que ma fille est sortie avec un homme vêtu du pantalon orange et d’un pull noir. Cet homme lui parlait quand ils sont sortis. Mon monde s’effondre.

19h10 : Une maman vient nous rejoindre pour nous aider à chercher Lily J. Elle l’a vue dans la rue il y a 10min environ, sans homme avec elle, elle était à côté d’un groupe de femmes.L’espoir renaît et j’envoie un SMS à l’homme pour le prévenir qu’elle a été vue près de la supérette.

19h14 : L’homme m’appelle en larmes, il la voit. Elle est dans la rue en bas de chez nous, avec un commerçant que nous connaissons bien.

19h15 : La police arrive et prend les dépositions.

19h30 : Je rentre à la maison, ma fille est en état de choc, mais elle va bien.

On a refait le fil de la demi-heure pour essayer de comprendre comment nous en sommes arrivés là. Et c’est une série de petits incidents et inattentions qui nous fait avoir la peur de notre vie.

Quand le cours de Lily J se termine, elle doit rester sur le tapis, sous la surveillance de la professeur, jusqu’à ce qu’elle voit ses parents. Lily J a cru voir son père, a dit à la prof qu’il était là et la prof n’a pas vérifié. Dans les vestiaires, Lily J a vu que son père n’était pas là, mais elle a enfilé son manteau et ses chaussures (en l’envers) pour gagner du temps. Aucun adulte présent n’a trouvé étrange que Lily J soit seule. Quand elle a eu fini, elle est sortie du vestiaire seule, et est allée vers la porte vitrée du gymnase pour voir son père arriver. C’est là qu’un homme vêtu d’un pantalon orange et un pull noir lui a demandé de sortir. De là, il est parti sans plus lui adresser la parole. Pourquoi il l’a faite sortir ? Personne ne le sait ! D’ailleurs personne ne sait qui s’est. Il lui a juste demandé de sortir, ne l’a pas touchée et ne lui a rien dit d’autre. Elle devait juste gêner son passage. Elle a voulu rentrer à nouveau dans le gymnase mais n’a pas pu car elle était trop petite pour atteindre l’interphone. De là, elle a paniqué et a fait ce qui lui a semblé le plus logique : Rentrer à la maison ! Il faut savoir que le chemin le plus court en voiture, n’est pas le plus court à pieds, c’est pourquoi je ne l’ai croisée quand je suis venue au gymnase. Elle a donc parcouru 1km, sous une pluie battante, pour rejoindre notre immeuble et a du traverser 3 passages piétons. Arrivée à l’immeuble, elle n’a pas réussi à sonner à l’interphone et est donc allée chez le commerçant en bas de chez nous pour demander de l’aide. Il l’a récupérée complétement trempée, avec son manteau ouvert, sa tenue de sport et ses chaussures en l’envers. Il l’a accompagnée à l’interphone pour demander aux voisins s’ils avaient nos coordonnées. C’est à ce moment-là que mon mari est passé dans la rue et les a vus.

Pourquoi je vous raconte tout ça ?

Le but de ce billet n’est pas de pointer du doigt le club de sport de ma fille. Je ne minimise pas leur responsabilité, mais en parler sur mon blog ne fera absolument rien avancer. Nous n’avons pas porté plainte et ne voulons pas le faire. Des protocoles ont déjà été mis en place pour qu’un incident de la sorte ne se reproduise pas. Et en définitive, c’est tout ce qui compte pour nous. Je ne minimise pas non plus notre propre responsabilité, mon mari est arrivé en retard de 3min pour aller la récupérer au cours. Par contre, je voulais parler de la responsabilité des autres adultes qui ont croisé notre route ou celle de notre fille cette demi-heure. Parce qu’il n’y a pas eu que notre propre défaillance, ni celle de la prof, des dizaines et des dizaines d’adultes ont merdé ce jour-là, mais la plupart ne le savent même pas !

Ma fille s’est habillée seule dans un vestiaire rempli d’adultes et en est sortie seule sans qu’aucun d’entre eux ne lui prête attention. Un homme l’a faite sortir d’un gymnase, la laissant seule dans la rue sous une pluie battante. Elle a marché 1km en pleine ville et a croisé des dizaines de piétons et automobilistes sans que personne encore ne fasse attention à elle ! Elle a 5 ans et demi !

Un enfant de 5 ans et demi seul dans la rue, ce n’est pas normal ! Un enfant de 5 ans et demi ne sort pas d’un cours de sport seul !

Mais là où je suis encore plus furieuse, c’est que nous n’avons reçu aucune aide des personnes présentes dans le gymnase ce jour-là ! Quand l’homme est arrivé, la quasi-totalité des parents étaient encore présents, aucun ne l’a aidé à chercher notre fille ! Et si c’étaient leur gamin qui avait disparu ?! Seule, une maman est revenue nous aider à la chercher. Il y a également un club de musculation avec des adultes, mon mari est allé les voir, pas un seul n’a daigné lâcher ses putains d’haltères pour l’aider à la chercher. Il y a aussi une association qui venait en aide aux sans abris, puisque le gymnase hébergeait une cinquantaine de personnes. Mon mari les a aussi alertés, eux aussi n’ont pas bougé le petit doigt. Il y avait plus d’une centaine d’adultes dans ce putain de gymnase, et aucun d’entre eux n’a aidé mon mari et la prof de notre fille. Quand mon mari a signalé sa disparition, elle avait du quitter le gymnase à peine une minute plus tôt, on l’aurait retrouvée en moins 5 minutes. Mais personne ne l’a aidé !

Notre département a été le théâtre de la disparition et de l’assassinat d’une petite fille il y a quelques mois. Je pensais que cet événement tragique aurait au moins sensibilisé les gens. Qu’un enfant seul les inquiéteraient, qu’ils réagiraient sur le champs quand un enfant disparaissait. Mais nous n’avons rencontré que de l’indifférence à notre sort. Notre fille va bien, mais combien faudra t’il de Maëlys pour que les gens se réveillent enfin ? Imaginent-ils une seconde l’horreur dans laquelle nous avons été plongés pendant ces 30 putains de minutes ? Accident, enlèvement, viol, meurtre… Voilà ce qui tourne dans la tête d’un parent qui cherche son enfant de 5 ans et demi depuis une demi-heure ! Tu as tout, et dans la minute qui suit, tu n’as plus rien du tout, ta vie n’a plus aucun sens.

L’histoire a bien fini, et j’aimerais vous dire que nous avons repris une vie normale. Mais non, ce n’est pas le cas.

Reste la colère, une colère immense, qui un mois plus tard n’est toujours pas éteinte. J’en veux à tous ces adultes responsables de cet incident, nous, sa professeur, les parents, les pousseurs de fontes, les associatifs, les piétons, les automobilistes…

Reste le traumatisme, un traumatisme profond, qui a modifié irrémédiablement la personne que je suis. Dès que ma fille sort de mon champs de vision, j’angoisse. J’angoisse de la confier à l’école, au péri-scolaire, au centre aéré, à ma mère… j’angoisse dès que je vois un enfant seule, même si finalement sa mère n’était que 2m devant. Je suis celle qui panique pour un rien, rattrape les gamins au vol. Une mère a cru que je la jugeait. Comment lui expliquer que je préfère qu’elle pense que je la juge, plutôt que d’apprendre que son gamin lui avait vraiment échappé ?!

Reste l’incompréhension. Pourquoi personne n’a fait attention à elle ? Pourquoi personne ne nous a aidé ? Pourquoi tous ces gens en sont venus à perdre toute notion d’empathie et de bon sens ?

(Visited 987 times, 1 visits today)

You Might Also Like

7 Comments

  • Reply Manu 30 avril 2018 at 19 h 53 min

    Ma coupine : tes mots me font vibrer et je comprends encore plus tes emotions et ton etat … effectivement ca se termine bien
    Mais ne laisse pas l’angoisse s’installee : parle en a une professionnelle et reconstruit toi
    Je te fais denorme bisous a toi lhomme et la princesse
    Garde un peu de licorne en toi c est ce que j’aime

  • Reply Estellecalim 30 avril 2018 at 19 h 56 min

    Cette histoire est horrible et j’en ai les larmes aux yeux en te lisant.
    Ma fille faisait de la gym l’an dernier et honnêtement, des enfants de 4 ou 5 ans qui s’habillaient seuls dans le vestiaire parce que papa ou maman était dans le couloir avec d’autres enfants ou parlait à la prof, ça arrivait souvent, donc je ne me serais pas inquiété, je l’avoue. Par contre, là où je te rejoins complètement, c’est sur le fait que personne ne vous ait aidé à part une maman !! C’est hallucinant !
    Je vous souhaite de retrouver un peu de sérénité. Cela ne sera plus jamais pareil, c’est clair.

  • Reply Aurélie Cagnades 30 avril 2018 at 20 h 36 min

    Et ben. Je n’ai pas de mot, juste des frissons et une peur incontestée de ce que vous avez vécu. Je vous souhaite de vite vous reconstruire ♥

  • Reply KETSIA 30 avril 2018 at 22 h 39 min

    J’ai trouver cette histoire très touchante…. ÉVIDEMMENT CE RECIT ES CELUI DU PIRE CAUCHEMARD D’UNE MERE.
    Je comprend toutes tes questions tes angoisses et le traumatisme …. causé par cette incroyable histoire !!!
    Je pense que le temps soigne tous les maux…

  • Reply Lydie 1 mai 2018 at 7 h 42 min

    Oh ma chérie quelle angoisse, je n’ose imaginer votre détresse 🙁
    #Soutine #LoveLove

  • Reply DeboBrico 2 mai 2018 at 10 h 02 min

    ton histoire me boulverse… j’en ai les doigts qui tremblent sur mon clavier!
    … déjà ouf tout s’est bien fini.
    Après comme toi je suis choquée de l’indifference génerale…
    Je ne sais pas quoi te dire si ce n’est que ta puce a eu un sacré sang froid et s’est montré plutôt debrouillade.
    Roméo avait cru perdre sa nounou à 3 ans et demi et comme Jenna il etait retourné chez elle (qui etait juste à côté)… je pense que c’est ce qui parait le plus logique aux enfants.

  • Reply MissBrownie 2 mai 2018 at 11 h 51 min

    Quelle angoisse …
    Je ne veux en aucun cas minimiser la responsabilité des autres adultes qui ont croisé ta fille mais dernièrement sur le parking d’un fast food, avec une amie, on a vu un gamin d’à peine 3 ans courir dans tous les sens, rentrer dans le fast food, ressortir, sans adulte avec lui. On l’observait. On s’inquiétait. Au moment où on allait se lever pour aller le chercher, il est monté dans une voiture qui était au Drive. Durant ces minutes qui nous ont paru interminable et durant lesquelles il était en danger, en électron libre sur un parking, l’adulte qui en avait sa responsabilité n’en avait rien à faire. Je suis certaine qu’on se serait faite traiter par l’adulte si on était intervenue…
    Dans l’école de mon fils, une petite fille de 6 ans rentre tous les soirs seule avec sa petite soeur de 3 ans chez elles … Certains parents laissent leurs enfants rentrer seul très jeune. J’en connais qui viennent seul au judo et repartent seul. Ils n’habitent pas loin et les parents laissent faire. Au judo, aucun adulte ne vérifie si les parents sont là pour récupérer les enfants … j’avoue que je serai bien incapable de savoir si un enfant est avec ses parents ou non sauf si je les connais, surtout que certains devancent les parents en sortant.
    En tout cas ta fille a eu un bon réflexe en allant voir le commerçant.
    Il faut convenir d’une conduite à tenir dans ce genre de situation avec son enfant. Je pense que Chichi aurait fait comme ta fille, il serait rentré seul parce qu’il connait le chemin pour rentrer.
    En tout cas, chaudoudoux car ce genre d’expérience remue.

  • Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.