Vie professionnelle

Le grand saut

24 juillet 2019

Il y a bientôt 1 an, je vous avais parlé de mon rapport à mon blog et de la place qu’il occupe dans ma vie. Je vous avais aussi parlé de ces quelques mois où je n’ai plus touché terre, puis de la perte brutale de mon emploi. Je vous avais fait part de mon envie d’être plus régulière ici. Même si, je l’ai été moins que je ce que j’espérais, je pense avoir pas si mal tenu cet engagement, puisque j’ai publié plus de 50 billets depuis. J’avais promis de faire tomber certaines barrières, mais en définitive, je me suis assez peu livrée. Pas tant parce que je ne voulais pas parler de moi, de ma vie, de mes envies et de mes aspirations, mais surtout parce qu’il n’y avait rien à dire ! Malgré l’envie d’avancer, ma vie n’avait pas vraiment marqué de tournant jusqu’à il y a quelques semaines…

Accepter l’échec…

Je n’en ai pas fait un secret, la première partie de l’année 2018 a été éprouvante et j’ai passé la fin de celle-ci à essayer de remettre de l’ordre dans le grand bordel qu’était devenu ma vie. J’ai pansé mes plaies, j’ai accepté, j’ai pris du temps pour moi, pour réfléchir sur moi-même et essayer de comprendre ce que j’attendais de ma vie.

Côté vie professionnel, il a fallu encaisser un échec et en tirer les leçons qui s’imposaient. Qu’est-ce que je n’ai pas bien fait ? Qu’est-ce que j’aurais du faire autrement ? Et surtout comment éviter que cela ne se reproduise ? En plus d’analyser l’échec, j’ai aussi réfléchi à quelles ont été mes réussites. Qu’est-ce qui me rend fière quand je repense à cette expérience ?

Ensuite, il a fallu penser au futur et décider ce que j’allais faire. Plusieurs choix s’offraient à moi :

  • Continuer à travailler dans la communication, un domaine qui me plait mais où j’ai assez peu d’expérience et aucun diplôme…
  • Reprendre un poste en support informatique, métier que j’ai exercé sans grande passion pendant 7 ans, mais pour lequel j’étais reconnue.
  • Redevenir mère au foyer. Choix de vie qui me convient plutôt bien, si ce n’est que je ne suis pas indépendante financièrement et qui manque un peu de challenge personnel ( je n’ai qu’une enfant, scolarisée qui plus est, donc je ne suis pas vraiment surmenée ! )

Contre toute attente, j’ai choisi le choix le moins évident. J’ai persisté dans une voie où je n’ai pas de diplôme, ni même beaucoup d’expérience alors que j’ai 35 ans passés. Je ne vais pas vous mentir, on ne s’est pas battu au portillon pour m’embaucher ! Les entretiens d’embauche ont été rares, et surtout n’ont pas débouché sur une prise de poste. Au fil des semaines, essuyant lettres de refus sur lettres de refus, j’ai commencé à nouveau à douter de moi, de mes compétences et pour être honnête, j’ai perdu l’envie de retravailler.

 

Reprendre confiance en moi…

Et puis, c’est à peu près quand j’étais sur le point de tout laisser tomber que j’ai vu les choses différemment. J’ai réalisé que je recevais au quotidien beaucoup de bienveillance et que j’étais bien entourée. Je ne saurais lister toutes les preuves de confiance que j’ai reçues depuis ce printemps tant elles sont nombreuses. On dit souvent comment les autres peuvent croire en toi alors que tu ne crois pas en toi ? Je suis la preuve vivante que c’est possible !!! Mon mari, ma famille, mes amies et même des personnes que je connais assez peu, m’ont montré qu’ils voyaient du potentiel en moi. Si toutes ces personnes croient en moi, alors je me dois de croire en moi.

Cela peut paraître un peu présomptueux dit ainsi, mais croyez-moi, mon estime de moi en ce début d’année 2019 était vraiment au ras le sol… Je pensais être bonne à rien. Finalement, me voir dans les yeux des autres m’a fait réaliser que j’avais un savoir, un savoir-faire et que je n’étais pas bonne à rien ! J’ai aussi compris qu’un échec n’en est un que si on n’en tire pas les enseignements qui s’imposent. Le négatif appelle le négatif, et à l’inverse le positif appelle le positif. Et toutes ces preuves de confiance m’ont permis de me sortir de cercle vicieux.

J’ai décidé de reprendre ma vie professionnelle en main. Peut-être que persister dans la communication n’était pas une bonne idée. Oui, je m’éclatais dans ce domaine, mais on ne m’embauche pas. Et les mois passant, cela ne va pas aller en s’améliorant ! J’ai un profil expert dans le support, trouver un poste dans ce domaine devrait être bien plus simple. Clairement la passion n’y était pas, mais une carrière n’est pas forcément figée. Je peux faire mes preuves et peut-être que d’autres opportunités s’ouvriront plus tard. Plutôt que dépenser mon énergie dans un projet qui semble irréalisable, je préfère me pencher sur un projet plus réaliste. A la rentrée de septembre, je rechercherai un poste en support !

… Avant de faire le grand saut !

J’étais décidée, les choses étaient assez claire dans ma tête ! Sauf qu’une succession d’heureux hasards, de lectures motivantes, de retrouvailles imprévues et ma confiance en moi en partie retrouvée, font que je n’emprunterai finalement pas cette voie à la rentrée. Il y a encore un mois, je n’aurais pas cru que ma vie prendrait ce tournant. Les choses sont allées vite, très vite. Je ne détaillerai pas tous les événements qui m’ont conduite à prendre un virage à 180°. Mais, voilà, j’ai fait le grand saut et j’ai enfin ouvert ma petite entreprise !

Ceux qui me suivent savent que c’est un projet qui me tenait à cœur depuis très longtemps. J’avais  entrepris une première fois les démarches il y a 3 ans, j’avais d’ailleurs écris ses lignes. Et finalement, je n’ai jamais déposé le dossier… Terrassée par l’angoisse, j’avais enterré ma petite entreprise avant qu’elle ne voie le jour. Cette fois-ci, ma petite entreprise est bien née ! Elle a un Siret, ses premiers clients et même ses premières livraisons !!!

Je suis tellement heureuse d’avoir réussi à passé ce cap, mais j’ai mille choses à faire et j’avoue que cela me terrorise vraiment. Chassez le naturel, il revient au galop… Le stress est quelque chose de parfaitement normal lorsque l’on fait un saut dans l’inconnu. Il peut même être stimulant, mais en ce qui me concerne, il me gâche surtout la vie. Cela fait environ 2 semaines que je dors très mal, je pense à mille chose et ne trouve pas le sommeil. J’ai du mal à avancer dans mes papiers

Et si je faisais mal ? Et si je n’y arrivais pas ? Sauf que maintenant il faut que j’avance, je ne peux plus fuir !!! Le stress entraîne une surconsommation de magnésium et autres vitamines, et une cure détox et pourquoi pas de compléments alimentaires ne me ferait pas de mal pour surmonter cette période éprouvante. En consultant notamment le site de Farmaline, j’ai pu voir une sélection de produits détox de pharmacie qui m’aideraient sûrement à être mieux dans mon corps et plus sereine.

Voilà, c’est un projet aussi enthousiasmant qu’angoissant qui est en train de voir le jour ! Mais je suis prête et plus motivée que jamais. Si cela vous intéresse, je vous en dirai un peu plus dans les semaines à venir.

Retrouvons-nous sur :

Facebook . Twitter . InstagramPinterest

Et si cet article t’a plu, partage-le sur Pinterest !

Il te suffit de passer ta souris au dessus de l’image et de cliquer sur le logo Pinterest !

 

(Visited 109 times, 2 visits today)

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply Spidermaman 24 juillet 2019 at 21 h 01 min

    C’est courageux et ça va être super. Tu es vaillante de te lancer et je suis sûre que tu vas vivre des tas de trucs chouettes. J’attends la suite ! Bravoooi

    • Reply Yeude 25 juillet 2019 at 15 h 59 min

      Merci beaucoup pour tes encouragements !!! Bises !

    Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    %d blogueurs aiment cette page :

    En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

    Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

    Fermer