Structure de motricité intérieure : comment est-elle organisée ?

Structure motricité intérieur bebe

La motricité intérieure est un terme utilisé par les professionnels de la petite enfance pour désigner le développement moteur et psychomoteur des jeunes enfants.

Elle se caractérise par une activité spontanée, libre et autonome. C’est à dire que l’enfant n’a pas besoin d’être stimulé pour bouger, il aime bouger tout seul.

Il faut savoir que cette motricité est une étape importante du développement de l’enfant, qui va permettre à celui-ci de s’affirmer et de prendre confiance en lui.

Que représente la structure de motricité intérieure ?

La structure de motricité intérieure est un ensemble de mouvements et d’actions qui se déroulent à l’intérieur du corps. Cette structure sert à l’apprentissage de la motricité, car elle permet au bébé d’acquérir des gestes et des postures nécessaires pour le développement psychomoteur.

La structure de motricité intérieure sert aussi à la création des liens affectifs entre le bébé et les personnes qui en prennent soin.

La structure de motricité intérieure est composée des réflexes primitifs, secondaires et tertiaires :

  • Les réflexes primitifs sont ceux qui permettent au bébé d’agir sur son environnement immédiat, notamment pour tout ce qui concerne le toucher. Ces réflexes sont innés chez l’être humain.
  • Les réflexes secondaires servent à faire agir les membres supérieurs du bien-portant (poignet, coude) afin qu’ils interviennent sur les organes internes (cœur, intestins). Ces réflexes ne peuvent être acquis que par la pratique d’une activité donnée (ex : manipuler un objet).
  • Enfin, les réflexes tertiaires permettent aux membres inférieurs du bien-portant (jambes) d’intervenir sur le tronc afin qu’il puisse bouger sa tête ou encore se retourner complètement pour faire face aux stimuli venant de l’extérieur.

Si telles sont les structures de motricité intérieur, abordant à présent le sujet sur les composants de cette structure.

Quels sont les composants de la structure de motricité intérieure ?

Ce qui est important lorsque vous voulez développer la motricité de votre bébé, c’est d’avoir une bonne compréhension des différents composants de la structure de motricité intérieure.

La structure de motricité intérieure est constituée d’un ensemble complexe, mais très simple en substance, de composantes qui ont pour but d’aider votre bébé à acquérir le contrôle sur son corps et sa tête. Ces composantes sont les suivantes :

  • Le système nerveux central (cerveau) qui comprend le cerveau et le cervelet.
  • Les plexus nerveux qui permettent au système nerveux central de communiquer avec les muscles du corps.
  • Le système nerveux périphérique (moelle épinière) qui permet aux nerfs sensoriels et moteurs d’atteindre les muscles du corps.
  • Le squelette et les articulations qui permettent aux os du corps d’effectuer des mouvements coordonnés.
  • L’appareil respiratoire qui permet à votre bébé de respirer normalement.

Votre bien-être générale peut être affectée si vous ne prenez pas soin des différentes composantes du système de motricité intérieure.

Quelle est la fonction de la structure de motricité intérieure ?

La structure de motricité intérieure est le lieu l’enfant apprend à se mouvoir et à effectuer des actions. Elle a pour objectif de favoriser l’autonomie, la coordination des gestes et la socialisation de l’enfant.

La structure de motricité intérieure va permettre à l’enfant d’acquérir une certaine autonomie au cours du jeu. Il aura également besoin d’une stimulation constante pour développer ses capacités motrices, car il ne peut pas les acquérir tout seul par un simple apprentissage.

Lorsque vous observez votre enfant jouer, vous pouvez constater que souvent il court, saute et s’agite sur place. De plus, il peut faire preuve d’un grand nombre de mouvements : tourner sur lui-même, ramper ou encore rouler. Pour cela, il utilise différentes parties du corps (les bras et les jambes) ainsi que son propre poids comme support (pieds). Cette activité physique permet donc à l’enfant d’exprimer ses capacités physiques et son besoin constant d’explorer son environnement.

Les activités réalisées par votre enfant au sein de la structure de motricité intérieure vont être essentielles pour sa croissance psychomotrice future. En effet elle va influencer le développement moteur global (dynamisme corporel), la posture (la tenue du dos), le contrôle postural (coordination des gestes), la latéralisation (principale orientation), l’activité locomotrice globale (principales fonctions) ainsi que les relations entre les différents segments corporels impliqués dans le mouvement (interaction entre les membres inférieurs et supérieurs).

POURQUOI la Structure de motricité intérieure est-elle importante pour le développement du bébé ?

Lorsque le bébé est encore dans le ventre de sa mère, il est en position verticale. Lorsqu’il naît, son corps se redresse et ses membres supérieurs se plient pour atteindre les objets.

Il peut alors commencer à bouger ses bras et ses jambes. En fait, ce n’est pas un hasard si l’on appelle cette période la phase « motrice » du développement de l’enfant. Cette phase qui dure jusqu’à trois mois environ est absolument essentielle pour permettre à votre bébé de se développer harmonieusement. Après cette période de quelques mois, le bébé entame une nouvelle phase : celle des activités exploratoires (mimiques).

Les phases motrices passent progressivement au second plan, elles ne cessent toutefois pas totalement puisque la majorité des mouvements que le bébé exerce encore aujourd’hui sont ceux qui ont été acquis durant la petite enfance.

L’enfant possède donc une structure interne qui lui permet d’acquérir et d’utiliser correctement les différents outils dont il dispose pour satisfaire ses besoins physiques et psychologiques.

Comment la structure de motricité intérieure aide-t-elle le bébé à se développer ?

Les bébés apprennent à se développer en faisant.

Pour y parvenir, ils ont besoin de la bonne structure et du bon mouvement pour progresser. Tout au long de la vie, les bébés réalisent des progrès dans leur capacité à coordonner leurs mouvements et acquièrent une meilleure compréhension du monde qui les entoure.

La recherche montre que plus l’enfant est jeune, plus il a tendance à utiliser son corps comme un outil pour explorer et interagir avec son environnement. Les bébés ont beaucoup de succès quand il s’agit d’explorer leur corps. Quand un nouveau-né pousse un bras ou une jambe vers l’avant, cela peut être très amusant pour eux.

Cette étape est souvent appelée «la position de marche» ou «l’acquisition de la marche». Bien que cette étape puisse sembler simple à accomplir, elle comporte différentes phases qui doivent être maîtrisées pour permettre aux bébés d’atteindre cet objectif (voir Figure 1).

Y a-t-il des choses que le bébé ne peut pas faire sans la structure de motricité intérieure ? si oui, lesquelles ?

Le bébé peut faire beaucoup de choses sans la structure de motricité intérieure.

Il peut par exemple mettre ses mains à la bouche ou attraper des objets qui traînent. D’autres activités ne dépendent pas de la structure de motricité intérieure, comme l’apprentissage du langage et l’acquisition de la marche. Pour cela, le bébé a besoin d’une structure extérieure :

  • il est en mesure d’utiliser ses pieds pour se propulser et acquiert cette capacité en apprenant à utiliser ses jambes.
  • Il prend conscience que les actions qu’il fait au niveau du tronc ont un effet sur son corps et sur son environnement, ce qui lui permet de comprendre que ce qu’il fait va provoquer un changement physique.

Mais attention, le bébé ne réalise pas toujours combien les actions qu’il produit vont avoir une incidence sur son corps ou celui des autres personnes. Cela se produit naturellement chez le tout-petit, car il est alors capable d’identifier les conséquences immédiates de ses actes : « si je cours vers sa chaise haute pour y prendre un petit gâteau » ou encore « si je tire la couverture vers moi pour me blottir dedans ».

Il apprend également à distinguer entre ce qui est possible et ce qui n’est pas possible grâce aux exprimés par sa mère, comme « oui » ou « non ».

La motricité intérieure est la motricité de l’intériorité, c’est-à-dire tout ce qui concerne la maîtrise du corps et de l’esprit. La motricité intérieure désigne aussi bien les mouvements des organes internes que les mouvements de l’âme ou de l’esprit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *